La terre, notre belle terre, celle que l’on nomme “planète bleue” en raison de sa surface majoritairement couverte d’eau – plus de 70% – sera possiblement à sec plus tôt que prévu. Si on considère que 97 % de l’eau du globe est salée, que seulement  2, 5 % de cette eau est douce et moins de 1 % est potable, il est nécessaire de s’en inquiéter.

L’eau est vitale à la survie de tous les êtres vivants. Sans eau, toute vie sur terre disparaîtrait ! Le gaspillage de l’eau a des conséquences graves sur sa disponibilité et sur l’ensemble de l’environnement. C’est notre responsabilité, à tous, de préserver cette richesse très précieuse, pour les générations futures.

Si l’on examine les prédictions, l’accès à l’eau douce sera inférieure à la demande d’ici 2030. Depuis toujours, on considère l’eau douce comme une ressource renouvelable. Toutefois, la surconsommation de l’eau potable entraîne une baisse considérable de la qualité de l’eau douce disponible. En effet, une quantité de matières polluantes demeure dans l’eau et est retournée dans la nature, même après traitement dans les installations d’épuration.

Et si le Québec possède une importante réserve d’eau potable, il n’est pas de même pour tous les pays. En exemple, quatre cents litres d’eau potable par jour: c’est ce que chaque citoyen américain consomme en moyenne aux États-Unis. Cela vous impressionne? Pourtant, tirer la chasse d’eau, prendre un bain, remplir la piscine, arroser la pelouse et le jardin, laver la voiture constituent en quelque sorte des gouttes qui, en les additionnant, font déborder le vase de la consommation qui est supposée être ‘’normale’’. Au Colorado par exemple, le climat est tellement sec que tous les citoyens doivent régulièrement arroser leur terrain s’ils veulent que leur gazon soit vert. À côté de cet usage domestique, il y a les immenses besoins en eau que nécessite l’arrosage des terres californiennes et dans le Sud-ouest américain pour des fins agricoles. Dans ce domaine, les dépenses en eau se comptent en milliards de mètres cubes. Y aurait-il lieu de s’inquiéter d’une possible exportation massive d’eau du Canada vers les États-Unis? Selon les experts, pas pour l’instant. Mais quand même, il y a ici matière à réflexion.

Voici quelques chiffres :

  • 10 pays se partagent 60 % des réserves d’eau mondiales
  • 1 personne sur 6 dans le monde est privée d’eau potable
  • 1 enfant meurt toute les 8 secondes dans le monde d’une maladie liée au manque d’eau potable.
  • 1 Américain utilise environ 2000 mètres/cube d’eau par an soit le volume d’une piscine olympique
  • 1 Européen utilise environ 1000 mètres/cube d’eau par an
  • 1 Jordanien utilise environ 100 mètres/cube par an
  • 1 Haïtien environ 7 mètres/cube par an
  • En Afrique, des femmes et des enfants doivent marcher  plusieurs kilomètres pour aller chercher l’eau.
  • 5 % est la proportion des municipalités canadiennes qui ont déclaré des pénuries d’eau entre 1994 et 1999.
  • 1 000 litres : Quantité d’eau déversée par un boyau d’arrosage en une heure.
  • 30 litres : Eau perdue à chaque jour par un robinet qui fuit. C’est la quantité d’eau nécessaire pour abreuver une famille pendant cinq jours !
  • 100 000 litres : En un an, une toilette qui fuit peut perdre toute cette eau ! Assez pour remplir une piscine !
  • 13,5 litres : Volume d’eau qui coule d’un robinet d’eau classique à chaque minute.
  • 18 litres : Capacité du réservoir d’eau d’une toilette standard.
  • 2 à 3 centimètres d’eau par semaine sont généralement suffisants pour maintenir une pelouse en santé.
  • 85 % des problèmes relatifs aux aménagements paysagers sont causés par un arrosage abusif.
  • 215 000 litres d’eau sont requis pour produire une tonne d’acier.
  • 26 000 litres d’eau sont utilisés pour produire une tonne de papier.
  • 85 % et plus : proportion d’eau contenue dans la plupart des fruits et légumes

Gestes simples pour économiser l’eau :

  • prendre une douche rapide au lieu d’un bain
  • ne pas laissé couler l’eau en se brossant les dents
  • installer un récupérateur d’eau de pluie pour arroser le jardin.

Gestes simples pour éviter de polluer l’eau :

  • utilisez des savons en pain, moins polluants et plus économiques que les gels de douche.
  • ne jamais jeter de produits chimiques ou d’huile dans l’évier.
  • utilisez des produits sans phosphates pour laver le linge ou la vaisselle car ces produits finissent par asphyxier les poissons et les plantes.
  • évitez les engrais et les pesticides dans leur jardin. Il existe des moyens inoffensifs, par exemple mettre des coccinelles pour enlever les pucerons.

En évitant de gaspiller l’eau, on protège la vie. On doit donc combattre le gaspillage, pour préserver la qualité et la quantité des ressources d’eau douce disponibles, pour réduire les dépenses liées au traitement de l’eau  et pour faire notre part pour la sauvegarde de notre environnement. Si les habitudes des gens ne change pas, se sont les enfants d’aujourd’hui qui en paieront le prix. Nous devons donc agir maintenant, pour le futur!

Pour connaître plus de trucs ou pour toute autre information, visitez les sites suivants :

  1. http://www.villemontlaurier.qc.ca/DATA/DOCUMENT/Programme%20d%27%C3%A9conomie%20d%27eau%20et%20conseils-2007.pdf
  2. www.festivaldugaspillage.com